La Sorcellerie

Sam 2 Juin - 23:28
Messages : 24
Date d'inscription : 02/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur



La Sorcellerie





La sorcellerie est un terme qui désigne la pratique d’une certaine forme de « magie » ou d’ensorcellement dans laquelle les sorcières travaillent avec des énergies qui leur sont propre. Cette énergie est présente dans certains éléments comme les plantes, les pierres, les phases lunaires, les cycles des saisons ou même des entités (bonne ou mauvaise). La sorcellerie existe depuis la nuit des temps, elle a été à la fois aimé et au contraire détesté même si les pouvoirs utilisés par la sorcière sont neutre. Certaines doctrines religieuses considèrent toutes les pratiques ésotériques et occultes comme des formes de sorcellerie. Selon eux, celle-ci n’est vouée qu’à la destruction et à la haine car elles opposent le caractère sacré de leurs propres rituels religieux (qui souhaite souvent s'imposer) face à des pratiques anciennes et ancrées dans la mémoire de tous.


Le terme de sorcellerie est très controversé par sa notion de secret. Selon le contexte et le milieu culturel dans lequel ce terme est utilisé, il peut désigner des idées complétement opposées. En effet une guérisseuse dans un lieu géographique ou culturel peut devenir une empoisonneuse mais aussi bien un charlatan dans un autre lieu. Cette distinction se fait en partie sur la pensée culturelle du pays (religion dominante), l’histoire ou l’évolution des mœurs. La peur de l’inconnu (liée souvent à la non compréhension de ce que la société a appelé sorcellerie) a entrainé une vision très négative de celle-ci. Cette vision a entrainé une croyance comme quoi la sorcière usait  de force surnaturelle et démoniaque. Ce genre d’accusation a créé en Europe une hystérie collective qui a mené à des chasses aux sorcières.


Pour les religions monothéistes (surtout le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam), la sorcellerie est condamnée et considérée comme une hérésie. La notion même de sorcellerie fût la leitmotive des catholiques et protestants à la fin du Moyen Âge en assimilant la sorcellerie à une forme de satanisme qui selon eux invoquait le diable et vouait un culte à Satan. La sorcellerie à cette époque était des rites païens qui ont perduré même après la « victoire » du christianisme sur le « monde connu ». Dans certaine société du monde (moderne et ancienne), la « sorcière » ou le « magicien » appelés chamans ou griots étaient acceptés et possédaient le rang social le plus élevé. En effet, ils gardaient et conservaient le savoir ancien permettant de converser avec les ancêtres et autre forces de la nature. Ils étaient respectés et craints à la fois.