L'Ashmole 782 & L'Alchimie

Sam 2 Juin - 23:23
Messages : 24
Date d'inscription : 02/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur



L'Ashmole 782





La Bibliothèque Bodléienne de l’université d’Oxford est l’un des plus grands trésors de l’humanité. Peu après l’ouverture de la bibliothèque aux étudiants, en 1602, un mécène, Sir Thomas Bodley, convint avec la London’s Stationer’s Compagny d’y déposer un exemplaire de chaque livre imprimé en Angleterre. Ces livres étaient entreposés en sécurité dans la bibliothèque et les emprunts étaient interdits. Même le roi Charles Ier d’Angleterre ne put convaincre les bibliothécaires d’enfreindre cette loi pour lui. Aujourd’hui, la Bodléienne compte plus de onze millions de spécimens en réserve dont des manuscrits rares et des copies uniques d’incunables.


Dès les premières années,  de nombreux dons et cadeaux sont venus enrichir les collections et ajouter au prestige international de la Bodléienne comme lieu de savoir et centre d’études. L’un des premiers bienfaiteurs de la bibliothèque est Elias Ashmole (1617 – 1692). Grand bibliophile et collectionneur, Ashmole était aussi un érudit passionné par l’alchimie. A sa mort, il laissa des fonds à l’université dans le but de construire un musée ainsi qu’une bibliothèque. Dans le musée ont été intégrés ses collections d’objets naturels, de pièces de monnaie et de poteries anciennes ainsi que des centaines de livres et de manuscrits. En 1858, l’intégralité de la bibliothèque d’Ashmole fut offert à la Bodléienne. Les livres ont été catalogués et les manuscrits sont maintenant numérotés et dotés de la désignation « Manuscrits Ashmole ».


Un manuscrit dont la description était : « Anthropologie, traité contenant une brève description de l’Homme en deux parties : la première anatomique et la seconde psychologique » a été étiqueté « Manuscrit Ashmole 782 ». Son contenu et sa localisation actuelle nous sont inconnus. Peut-être a-t-il été répertorié dans le catalogue par erreur. Peut être qu’une étude approfondie d’un bibliothécaire révéla qu’il s’agissait en fait d’un imprimé, et qu’il a été envoyé dans une autre partie de la bibliothèque pour y être enregistré. Ou peut être encore a-t-il juste été mal rangé... A moins qu'il ne soit ensorcelé et n'apparaisse qu'à certaines personnes...



Sam 2 Juin - 23:24
Messages : 24
Date d'inscription : 02/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur



L'Alchimie





Qui était le premier alchimiste ? On l’ignore, les origines de l’alchimie étant nimbées de mystère. Les spécialistes pensent qu’une forme d’alchimie était pratiquée dans les anciennes cultures tout autour du monde. Au cœur de l’alchimie, il y a la croyance selon laquelle les hommes peuvent imiter les processus de création et de destruction qui sont tellement importants dans l’histoire du monde. Mais de même qu’il est impossible pour les historiens de nommer le premier alchimiste, il est impossible de donner une seule définition de l’alchimie qui engloberait précisément toutes les branches de cette discipline telles qu’elles se sont développées au fil des ans.


Certains pensent que l’alchimie se concentrait à ses débuts principalement sur la transformation matérielle des métaux et des substances chimiques via des procédés tels que le chauffage, le refroidissement, la condensation ou la séparation. Les histoires d’alchimistes ayant transformé du plomb en or font partie de cette tradition, et les méthodes qu’ils ont utilisées peuvent être considérées comme les ancêtres de nos expériences scientifiques modernes et de la chimie. Leurs travaux ont contribué à des avancées médicales, industrielles et techniques comme la fabrication chimique de médicaments, l’invention de nouvelles teintures pour le textile, l’amélioration des techniques de production des miroirs et des fourneaux.


Pour d’autres, les transformations matérielles étaient les manifestations terrestres de changements philosophiques et métaphysiques plus importants. Les textes alchimiques sont souvent écrits dans un langage métaphorique et utilisent des symboles pour montrer le cheminement de l’alchimiste vers le savoir et la sagesse. Ces allégories et symboles ont conduit les psychologues modernes à faire l’hypothèse selon laquelle les textes alchimiques contiendraient des informations importantes sur les émotions et pulsions typiquement humaines. Jadis l’alchimie était liée à la rédemption spirituelle, à l’avènement de l’apocalypse, et à la quête de la pierre philosophale qui signifiait la vie éternelle pour l’heureux alchimiste qui réussissait à la fabriquer.